Le top 14 des hashtags de la crise centrafricaine

Depuis qu’actualité rime avec Internet, sur les réseaux sociaux des mots ayant un rapport bien particulier avec mon pays et ses récents soubresauts politico-militaires, ont fait leur apparition sur la Toile. Petit rappel des 14 mots-clés qui font la crise centrafricaine.

hashtag

L’utilisation des hashtags dans les pays francophones

Même si la communauté virtuelle centrafricaine est loin de figurer en bonne place sur la liste des pays qui utilisent le plus de hashtags, voici ma sélection…

1 #Seleka

Coalition constituée en août 2012 de partis politiques et de forces rebelles centrafricaines opposés au régime du président François Bozizé. Elle s’empare du pouvoir de Bangui le 24 mars 2013 sans rencontrer de forte résistance. Cette coalition met en place un régime de terreur et propulse Michel Djotodia à la tête d’une République centrafricaine en proie aux exactions menées par ce groupe armé appuyé par des mercenaires tchadiens et soudanais. Dès la prise de pouvoir de la Seleka, s’en suivent pillages, destructions de dossiers administratifs et profanations de lieux de culte chrétiens.  A tort ou à raison, on assimile la Seleka à un groupe de djihadistes venu islamiser la Centrafrique.  Mais qui se cache derrière l’appellation générique Séléka ? Elle est composée de la Convention des patriotes pour la justice et la paix du général Noureddine Adam (chef des services de sécurité de Michel Djotodia) et Éric Néris-Massi (porte-parole et coordonnateur international de la Seleka), de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement du déficient Michel Djotodia (elle forme la quasi-totalité de la coalition). Dans le back de ceux qui ont quitté le navire sanguinaire sélékan, figure le Front démocratique du peuple centrafricain de Martin Koumtamadji (alias Abdoulaye Miskine) et deux autres organisations moins connues: la Convention patriotique du salut du kodro de Mohamed-Moussa Dhaffane – lequel se met à dos le régime de Djotodia en dénonçant les exactions des éléments de la Séléka sur la population et sera enfermé à la maison d’arrêt du Camp Deroux avant d’être libéré quelques jours avant la démission de Djotodia, le 10 janvier 2014 – ainsi que l’Alliance pour la renaissance et la refondation qui regroupe des officiers hostiles au régime.

2 #Djotodia

Michel Djotodia est désormais en exil au Bénin (REUTERS/Alain Amontchi)

Michel Djotodia est désormais en exil au Bénin (REUTERS/Alain Amontchi)

Leader très contesté de la coalition rebelle Seleka, soutenu face à Bozizé par les leaders de l’opposition dite démocratique, il s’autoproclame président de la République centrafricaine aux lendemains de la fuite de Bozizé au Cameroun. Les idéaux de ce diplomate centrafricain formé en Union soviétique, quoique contraires aux valeurs morales des fondateurs de la RCA, comme la partition du pays en zone chrétienne et musulmane apparaissent clairement dans une missive ayant fait le tour du web et dans la déclaration d’Abakar Sabone, alors porte-parole de la présidence lors de l’excursion des groupes d’auto-défense anti-balaka, et menaçant le pouvoir de Bangui. Djotodia aura été pour bon nombre de Centrafricains, l’incarnation de la descente aux enfer de la RCA. Improbable jusqu’au bout, son célèbre discours :  » La RCA, c’est 623 000 km², nous ne pouvons pas tout contrôler », ainsi que la scène dans laquelle il remet en direct à la télévision nationale centrafricaine une somme de 70 000 francs Cfa à une chef de quartier pour libérer des jeunes habitants pris en otage par des éléments de la Séléka, démontrent le manque d’autorité de celui dont de nombreux proches seraient impliqués dans des affaires d’escroquerie en bande organisée, de vols à mains armées et d’assassinats. Aujourd’hui en exil doré au Bénin, Michel Djotodia comme ces nombreux acteurs du chaos centrafricain ne sont inquiétés des actes crapuleux commis sur la population civile et les biens de l’État.

3 #Bozizé

François Bozizé (Africanarguments.org)

François Bozizé (Africanarguments.org)

Chef d’État de la République centrafricaine après avoir renversé Ange Félix Patassé en mars 2003, François Bozizé Yangouvounda, général d’armée de son Etat, n’a pas pu résister au virus Séléka et a quitté son fauteuil présidentiel le 24 mars 2013. Indexé par l’armée pour ne pas avoir mis à sa disposition les moyens nécessaires pour la lutte contre l’invasion Séléka, débutée en août 2012, François Bozizé après sa fuite de Bangui a fait le tour de l’Afrique s’érigeant petit à petit en manipulateur. Il accorde désespérément à sa cause le malheur du peuple centrafricain en proie à la violence des mercenaires tchadiens et soudanais. Il fonde avec l’un de ses proches et porte-parole, Lévy Yakité, le Front pour le retour à l’Ordre Constitutionnel en Centrafrique qu’il détourne à des fins politiques à ses profits. La résistance menée par les populations du nord-ouest ont par ailleurs abouti à la création des groupes d’auto-défense anti-balaka. Héritier de la mal gouvernance de ses précurseurs, Bozizé ne s’est pas démarqué en propulsant le Centrafrique au niveau méritant. Bien que le moindre mal d’une Centrafrique longtemps absente du concert des nations, Bozizé n’a pas fait mieux que Patassé qu’il a renversé et a plongé dans une gestion clanique qui a précédé sa chute. Comme un secret de Polichinelle, les écarts de comportements d’une bonne partie de la Bozizie a plus qu’exaspéré un grand nombre de Centrafricains aux droits bafoués.

4 #24mars2013

C’est la date de la descente aux enfers de la République centrafricaine incarnée par la chute de Bangui. Ce dimanche n’a pas été comme les autres. Ce qui ne devait être qu’une prise de pouvoir où il n’y a eu aucune résistance, s’est transformée par la suite en enfer pour les populations de Bangui et l’ensemble du pays. Trois quarts des domiciles privés et entreprises ont été mis à vide et les biens envolés vers le Tchad et le Soudan ou revendus sur place. Témoin de d’une scène de pillage, j’ai assisté le 24 mars, aux environs de 11h, à la prise de plus d’une cinquantaine de véhicules au siège de la CFAO à Bangui. Des biens pillés aux assassinats qui s’en sont suivis, cette date rappelle de douloureux souvenirs aux Centrafricains.

5 #Tchadiens

Pointé du doigt par de nombreux Centrafricains pour s’être mêlé à la crise centrafricaine, le Tchadien est malheureusement vu comme l’ami qui a trahi. Idriss Deby Itno, le Président tchadien lui-même très impliqué dans cette crise et dont on dit de lui qu’il est le parrain politique de Djotodia, n’est autre que celui qui a précipité la chute de Bozizé et a imposé ses hommes de main au sein de l’exécutif centrafricain. Nourel Adam, un proche de Deby dont la population de Boy-Rabe (un quartier hostile au régime Séléka) garde de mauvais souvenirs, est la preuve de l’implication de l’homme fort du palais rose. La population tchadienne de Centrafrique est prise à partie et accusée d’avoir soutenu la Séléka. Ainsi tout ce qui est musulman fait sujet d’amalgame et devient « dangereux » aux yeux la population centrafricaine dont le bourreau était la Séléka. Au fil des événements, les autorités tchadiennes prennent conscience de l’ampleur de la situation et organisent des rapatriements en masse. Les ressortissants tchadiens ont été les premiers de tous les autres ressortissants de l’Afrique noire à quitter le territoire centrafricain après les événements du 5 décembre 2013.

6 #Misca

La Mission Internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite Africaine aura été au cœur de toutes les controverses. D’abord, une majorité de la population chrétienne a taxé le contingent tchadien d’être à l’origine de l’entrée de la Séléka à Bangui. Pour la petite histoire, un bon nombre d’éléments de la  Séléka s’est infiltré en se déguisant en force de la MISCA, portant les brassards accordés à cette force multinationale d’Afrique. Ensuite, vient la fin du règne Séléka où, d’un côté les populations musulmanes fuyant les exactions des anti-balaka, accusent les forces burundaises de laisser faire.

7#Sangaris

Une autre mission française en territoire africain qui assiste au déchirement de la population. Si ce n’est protéger l’aéroport de Bangui M’poko, qui si on en croit les objectifs de la France en Centrafrique est un intérêt français, cette force dépêchée par le président français François Hollande avant même l’accord de ses paires d’Europe, n’est autre que le pyromane de l’histoire. Rappelons-nous de l’appel lancé par Bozizé début mars 2013 à la France pour venir en aide à la population centrafricaine… On connaît la suite. Quand le chaos occasionné par l’Élysée a atteint son sommet, la France a mis en place la force Sangaris qui joue les spectateurs. L’ennemi qui sauve ou l’ami qui enfonce le poignard, la Sangaris dit-on entretien de bonnes relations avec les milices d’auto-défense anti-balaka.

8 #Anti-balaka

Milice d’auto-défense issue de la population, les « anti balle AK » ont vu le jour pour contrer la montée de la violence de la Séléka sur les populations civiles. Parti du nord-ouest de la République centrafricaine, ce groupe constitué au début de jeunes guerriers volontaires des villages du nord-ouest sera très vite détourné de ses véritables objectifs: protéger la population. Portés par le courage de ses combattants, les anti-balaka arrivent aux portes de Bangui et sont imités sur tout le territoire où naissent des groupes d’auto-défense similaires. Comme dans la Séléka, la barbarie gagne les rangs de groupe, ainsi des exactions sont commises et cette fois en majorité sur la population musulmane. Pire que la Séléka, ils tuent, pillent, violent, détruisent tous sur leur passage, depuis le 5 décembre 2013.

9 #5décembre2013

Si le 24 mars la RCA s’est retrouvée en enfer, le pire est arrivé le 5 décembre. C’est comme si on avait tué un mort qui se trouvait déjà en enfer. La tentative de coup d’Etat des anti-balaka du 5 décembre ayant précipitée le départ de Djotodia n’a fait qu’enfoncer le pays dans l’enfer le plus sombre. L’économie tenue à majorité par les populations musulmanes obligées de fuir le pays en raison des exactions à leur encontre, est plus que fragilisé.

10 #LedgerPlazza

C’est le nom donné au camp de fortune des déplacés face aux violences occasionnées par les Seléka. C’est en vérité le nom du plus grand hôtel en Centrafrique, le Ledger Plazza situé sur l’avenue de l’indépendance et qui a donné son nom à ces camps de déplacés qu’on retrouve un peu partout dans les quartiers ayant faits les frais des caprices sanguinaires de la Seleka. Le plus grand Ledger Plazza est celui des abords de l’aéroport Bangui M’poko où plus de 100 000 personnes entassées vivent dans des conditions effroyables.

L'aéroport de Bangui transformé en camp de réfugiés (Crédits: France24)

L’aéroport de Bangui transformé en camp de réfugiés (Crédits: France24)

11 #Faca

Les Forces Armées Centrafricaines, inexistantes depuis la début de la crise, dissoutes puis reconduites et restées à l’écart pendant toute la période Seleka. Cette armée fait son apparition dans le glossaire de la crise centrafricaine pour son incapacité à défendre le peuple. Récemment, elle a fait parler d’elle quand quelques-uns de ses membres ont battu à mort un des leurs ayant travaillé avec le régime Seleka. Scène indigne d’une armée républicaine surtout que les auteurs de l’acte ont exhibé des photos sur les réseaux sociaux avec des membres amputés du pseudo traître.

12 #SambaPanza

Catherine Samba-Panza, la nouvelle présidente centrafricaine de transition, ici le 21 janvier à Bangui (REUTERS/Siegfried Modola)

Catherine Samba-Panza, la nouvelle présidente centrafricaine de transition, ici le 21 janvier à Bangui (REUTERS/Siegfried Modola)

Première femme présidente d’une Centrafrique riche mais invisible, elle hérite d’un fauteuil présidentiel entaché de sang par ses précurseurs. Espoir d’une sortie de crise, le peuple centrafricain voit en elle la rupture avec le passé douloureux.

13 #Religion

C’est à la religion que les politiques centrafricains ont fait porter le chapeau de cette crise purement politique. La Seleka hétérocycle a été assimilée aux musulmans, c’est pourquoi les anti-balaka font payer le prix des exactions de la Seléka aux populations musulmanes et l’amalgame bat son plein. Or la Seleka n’est pas synonyme de musulmans et les anti-balaka ne sont pas synonymes de chrétiens comme le disent un bon nombre de médias occidentaux.

14 #Facebook

C’est ici que tout se discute ou se dispute. Des groupes pro ou anti, des pages de soutien, des comptes aux utilisateurs fantômes, des débats, le réseau social Facebook comme pour bien d’autres sujets est devenu l’arbre à palabres de cette crise qui, ici aussi, fait des dégâts. Dès le lendemain du 24 mars des comptes anti-Djotodia ont vu le jour. Jusqu’ici la culture internet qui n’était pas très ancrée dans les mentalités centrafricaines a connu de nouveaux adeptes. Ainsi le journalisme participatif a permis à de nombreux Centrafricains de suivre en un temps record l’avancée des événements aussi bien à Bangui que dans tout le pays.

The following two tabs change content below.
nid2tic
Prince Eric Ngaibino, dit Penzy, est un amoureux de l’art et de la culture en général, journaliste de formation, ses principales œuvres sont ‘’l’or noir d’akwa’’ , l’illustration de la nouvelle ‘’la Nouvelle’’ publiée par l’association CELCIA et l’exposition des dix mots de la francophonie à l’Alliance française de Bangui en Mars 2010. On ajoute à ses créations, quelques dessins de presse dans un quotidien de la place (Le confident). Aujourd’hui il allie son talent de dessinateur aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, à travers des créations faites à la main et retouchées via des logiciels informatiques de créations visuelles dont lui-même à le secret. Entre bande dessinée, conception de logo, réalisation de toile via ordinateur création de modèles de mode, son plus grand rêve est exposé ses créations au musé du Louvre. L'écriture, s'ajoute à ses goûts artistiques et il tient aujourd'hui, le blog nid2tic pour parler de son univers et des Ntics qui le fascinent tant. « Je suis le Da Vinci des temps moderne », dit-il car pour lui, aucune créations artistique ou intellectuelle n'a de secret pour lui que quand il ne s'y intéresse pas.

Commentaires (3)

  1. Pingback: Le top 14 des hashtag de la crise centrafricaine | Social Net Link

  2. Sow

    Merci pour ce papier!

    Répondre
  3. Abukm

    ça c’est la puissance de l’internet en temps de crise.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *