L’après Bozizé : génération arme en main, pouvoir possible

Humour-rébellion-iconographie-PenDesign

Humour-rébellion-iconographie-PenDesign

L’armée les aurait appelé des frères d’arme, la politique a fait d’eux des adversaires, pire encore des ennemis politiques s’étant succédé selon les circonstances à la tête d’une nation en quête d’une véritable identité politique. De Dacko à Bozizé en passant par Bokassa ou Patassé, la fratrie des Oubanguiens alliés de Boganda, aura-t-elle connu sa fin ?

L’histoire s’en souviendra que les hommes forts ne sortent pas tous de la même école, mais que leurs destins se croisent souvent et selon leurs œuvres, ils demeurent éternellement dans la tête des hommes.

Boganda : l’école d’un directoire presque réussi

Prédestiné à conduire les jours de l’ancienne colonie française, devenue indépendante le 13 août 1960, la République centrafricaine dont il est le Président Fondateur, Barthélemy Boganda avec son rêve de fédérer les pays africains sera malheureusement court-circuité par un accident d’avion, le 29 mars 1959.  Aux lendemains de ce décès que certains qualifieraient de ‘’perte pour le Centrafrique’’, l’avenir politique de ce pays situé au centre de l’Afrique se décide depuis la métropole. David Dacko, ami, allié et cousin de Boganda prend avec l’aide de la France, les règnes d’un Centrafrique jeune et prometteur de ses richesses déjà convoitées par le colonisateur d’hier, devenu ami d’aujourd’hui. Se succèdent alors, Jean Bédel Bokassa, officier français, fondateur des Forces Armées Centrafricaine (FACA), autoproclamé Empereur de Centrafrique en 1979 mais déchu la même année par l’opération barracuda, des suites de divergences avec ses pseudo cousins français l’ayant mené au pouvoir douze ans plutôt. Dacko reviendra au pouvoir avant de laisser une fois de plus la place à un certain André Kolingba, sorti lui aussi de la mêlée des leaders politiques façonnés par la France de De Gaule et de D’Estaing. De 1983 à 1993, les relations entre la France et le Centrafrique se caractérisent par la signature d’accords militaires entre les deux nations, on note à ce titre, l’implication d’officiers français dans la formation de cadres militaires centrafricains.

Cependant, l’opinion publique centrafricaine ne prête guère attention au jeu de succession d’acolyte auquel s’adonnent presque involontairement ses leaders, sous l’influence des pays amis décideurs de l’avenir d’un pays souverain comme le Centrafrique. En 1993, Ange Félix Patassé, Premier Ministre sous le régime de Bokassa, accède à la magistrature suprême à l’issus des premières élections présidentielles organisées dans ce pays où depuis l’accession à l’indépendance, les seules élections organisées auront été celles du Référendum constitutionnelle de 1992 des temps du Président Kolingba. Une fois de plus, l’allié de toujours lâche le régime en place et prête sa confiance à un autre élément sortie des rangs de ceux qui ont marché sur les pas de Boganda. Comme Bokassa en 1966, Dacko en 1979 et Kolingba en 1981, François Bozizé arrive au pouvoir grâce un coup d’Etat, le 15 mars 2003.

Bozizé le dernier né de la fratrie

Premier Chef d’Etat centrafricain à avoir mené une rébellion avant d’arriver au Pouvoir, François Bozizé a d’abord servit en tant que homme de corps de l’empereur Bokassa et côtoyant par la suite sous tous les régimes ayant précédés au sein, ceux pour qui il sera désigné par le peuple, le successeur mérité. Sous l’ombre de l’homme fort de Béréngo, aux cotés du Général Kolingba en tant que Ministre de l’information ou encore stratège militaire sous le régime de Patassé en officiant en tant que Chef d’Etat Major des Forces Armées Centrafricaines, Bozizé fait figure du dernier représentant de la fratrie des petits frères des pères de l’indépendance. Ses dix ans de règne illustrent à juste titre son appartenance à cette couche des dirigeants africains, héritant de leurs aînés, d’une Patrie affaiblie par la colonisation, incinérée par les querelles et appauvrie par l’ignorance et dont ils n’ont su quoi faire.

La chute du régime de Bozizé le 24 mars 2013 devrait vraisemblablement boucler le cercle de ceux que l’on qualifierait d’héritiers des premières cinquante années d’indépendance de la République centrafricaine.

Génération arme en main, pouvoir possible

Le Centrafrique serait devenu au courant des vingt dernières années, un territoire où naissent et se reproduisent des mouvements armés incontrôlés de tout genre. La prise de pouvoir de la coalition politico-militaire, Séléka le 24 mars 2013, ouvre le débat sur l’avenir politique de la nation à la bannière aux cinq couleurs. L’ancien Président centrafricain François Bozizé aura-t-il bien marqué, la transition entre la génération des témoins de l’indépendance et celle qu’incarnent, les Djotodja, Gonda, Doutingai Tiangaye et compagnie, qui devront désormais faire face au néo colonialisme? L’homme politique centrafricain applique t-il les leçons qu’il donne ?

Par la naissance innombrable des rebellions dans les quatre coins du pays, inspiré par les Ndjadder, Yalo et Miskine, le principe même de la volonté du peuple, par le peuple et pour le peuple qui est le fondement de la démocratie prônée par tous, serait menacée. Ainsi donc, les armes auront remplacés les urnes pour choisir les leaders politiques en Centrafrique tandis que le compte à rebours appelé transition est lancé depuis la prise du pouvoir par Michel Djotodia. Le verdict final ne sera donné que par l’organisation effective d’élections prochaines.

The following two tabs change content below.
nid2tic
Prince Eric Ngaibino, dit Penzy, est un amoureux de l’art et de la culture en général, journaliste de formation, ses principales œuvres sont ‘’l’or noir d’akwa’’ , l’illustration de la nouvelle ‘’la Nouvelle’’ publiée par l’association CELCIA et l’exposition des dix mots de la francophonie à l’Alliance française de Bangui en Mars 2010. On ajoute à ses créations, quelques dessins de presse dans un quotidien de la place (Le confident). Aujourd’hui il allie son talent de dessinateur aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, à travers des créations faites à la main et retouchées via des logiciels informatiques de créations visuelles dont lui-même à le secret. Entre bande dessinée, conception de logo, réalisation de toile via ordinateur création de modèles de mode, son plus grand rêve est exposé ses créations au musé du Louvre. L'écriture, s'ajoute à ses goûts artistiques et il tient aujourd'hui, le blog nid2tic pour parler de son univers et des Ntics qui le fascinent tant. « Je suis le Da Vinci des temps moderne », dit-il car pour lui, aucune créations artistique ou intellectuelle n'a de secret pour lui que quand il ne s'y intéresse pas.

Commentaire (1)

  1. Pingback: Russ Bozzo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *