Centrafrique: le modele parfait du néant

Secoué une fois de plus ces derniers mois par un énième trouble militaro-politique où, une coalition rebelle se faisant appelée Séléka revendique le pouvoir de Bangui, mon pays la Centrafrique se fait théâtre des scènes indignes des rêves de nos pères fondateurs. Celui de voir une Afrique unie.

Penzy

Penzy

Cela n’est un secret pour personne, le Tchad nation amie d’une Centrafrique à la sécurité fragile est pointé du doigt par tous les camps depuis le début de cette crise. L’opposition militaire et démocratique ou encore les pro-gouvernementaux, assimilent d’un côté comme de l’autre, le frère tchadien à  celui qui met le feu et joue au pompier par la même occasion.

Depuis que des barrières se sont érigées dans presque toutes les intersections des avenues de la capitale centrafricaine, au nom de la sauvegarde de la sécurité intérieure du pays, à l’initiative de jeunes volontaires et au lendemain d’un discours poignant livré par le Président Bozizé, je lis de plus en plus autour de moi, l’inquiétude sur le visage des ressortissants tchadiens, soudanais… Les ressortissant à prédominance « arabou » comme on aime le dire ici. Arabou, ce nom donné en Centrafrique à toute personne musulmane. J’écrivais ceci il y a quelques moins sans savoir que cette même coalition prendrai le pouvoir. Et qu’en est il des « arabou » indexés depuis lors ?

Dans les rangs de la Séléka désormais maîtres de Bangui, ils sont, jeunes, barbus, parlant bien ou mal la langue nationale le Sango depuis lors devenu indice d’indentification de l’étranger. Ils sont responsables ou non des tueries survenues dans les 7ème et 4ème arrondissements aux lendemains de la prise du pouvoir le 24 mars 2013, ils sont les pilleurs ou non de la Fédération Centrafricaine de Football, de CFAO Motors Centrafrique, d’Orange Centrafrique, des églises catholiques, des ONG… La liste est longue, ils sont les responsables des l’assassinat de Djime-Yabongo Guy Floria, de Beladjià M’baïki le 27 juin dernier… Le profil net du Séléka ne laisse pas croire qu’il est tout simplement musulman et  la confusion gagne du terrain dans les familles, dans les groupes et la rue entend dire que les musulmans réclament que leur tour est arrivé d’un coté et que de l’autre coté, la vengeance se prépare.

 Qui en veut aux centrafricains? Qui est centrafricain et qui ne l’est pas ? Le Centrafrique restera t-il laïque, quand on sait que l’église catholique s’en mêle et que l’actuel Président Michel Djotodia est accusé de vouloir islamisé le pays ? Tant de questions que je  me suis posé jusqu’à comprendre que les politiques ont failli et que le peuple a été trompé.

Plus qu’un billet, je prie que la force de ces mots soit perçue au-delà des frontières de mon pays et soit considérée comme un appel car la situation de mon pays est grave. Ce billet s’adresse aux médias, aux pays amis de la RCA et tout autre pays, les prie de venir au secours de mon peuple. Tous les jours, nous sommes témoins ou victimes de meurtres, de kidnappings, de vols et d’exactions de tout genre. Les écoles ferment leurs portes, les églises sont brûlées, la justice n’existe qu’avec la force des armes. Les rues se vident à la moindre alerte. Bientôt nos greniers seront vides car les paysans cultivateurs ont fui leurs champs pour se réfugier dans la brousse, là où la culture ne peut être favorable. Le peuple éleveur perd son bétail au profit des groupes armés qui leur retirent leurs biens et les tuent. Les fonctionnaires refusent d’aller au travail de peur d’être kidnappés. Les artistes sont menacés de mort s’ils s’hasardaient à parler de ce qui se passe. Nous ne pouvons nous taire et laisser notre pays disparaître.

Ce pays qu’est le nôtre, fait bien partie du globe, il a des intérêts humanitaires qui sont les vôtres, son peuple est votre frère. Aidez nous.

The following two tabs change content below.
nid2tic
Prince Eric Ngaibino, dit Penzy, est un amoureux de l’art et de la culture en général, journaliste de formation, ses principales œuvres sont ‘’l’or noir d’akwa’’ , l’illustration de la nouvelle ‘’la Nouvelle’’ publiée par l’association CELCIA et l’exposition des dix mots de la francophonie à l’Alliance française de Bangui en Mars 2010. On ajoute à ses créations, quelques dessins de presse dans un quotidien de la place (Le confident). Aujourd’hui il allie son talent de dessinateur aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, à travers des créations faites à la main et retouchées via des logiciels informatiques de créations visuelles dont lui-même à le secret. Entre bande dessinée, conception de logo, réalisation de toile via ordinateur création de modèles de mode, son plus grand rêve est exposé ses créations au musé du Louvre. L'écriture, s'ajoute à ses goûts artistiques et il tient aujourd'hui, le blog nid2tic pour parler de son univers et des Ntics qui le fascinent tant. « Je suis le Da Vinci des temps moderne », dit-il car pour lui, aucune créations artistique ou intellectuelle n'a de secret pour lui que quand il ne s'y intéresse pas.

Commentaires (3)

  1. Pingback: Fredrick Schanck

  2. moncler

    You have a great way with words as shown in your article. You’re even good with informational content like you have here. I like your views and your writing technique. Keep up the good work!

    Répondre
  3. alkaline water facts

    Really Appreciate this blog post, is there any way I can get an email whenever you publish a new article?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *