Bangui : la ruée des déplacés vers l’eau

Ils sont des milliers à briser la peur et regagner leurs domiciles, malgré la sécurité encore fragile dans le 3ème arrondissement de la capitale centrafricaine. Boulata, Sara-Kabba ou encore Kina se repeuple mais ce qui manque par-dessus tout, est pourtant un minimum vital : l’accès à l’eau « potable ».

Environ 127.933 personnes ont gagné les camps des déplacés au plus fort de la crise qui a ébranlé les quartiers de Bangui et ce, jusqu’à ce jour. Exposés sur les camps à toutes sortes de contaminations, les déplacées ont reçu à la mi-décembre de l’année 2016, une assistance financière du gouvernement centrafricain et tentent peu à peu de regagner leurs domiciles.

Depuis les retours progressifs, le même scénario se reproduit tous les matins. Des centaines de femmes viennent des plus bas quartiers du 3ème arrondissement et se précipitent vers le point d’eau le plus proche. Elles font la course pour l’eau. Au tour du seul puits encore serviable de la Cité Dameca, les files se dressent. Il est 11 heures 40 minutes et certaines n’ont même pas encore rempli leurs premières bassines.

Lucie est mère de quatre petits garçons, son calvaire est de parcourir trois à quatre fois par jour, près de 800 mètres pour chercher de l’eau pour sa famille. Avec courage elle raconte :

‘’Des corps ont été jetés dans la majorité des puits ici. Les puits ont été fermés ce qui fait que nous allons souvent jusqu’à l’Ecole Kpangaba tôt le matin avec les autres femmes du quartier pour trouver de l’eau. Je fais trois à quatre fois le chemin avant la tombée de la nuit et je vous assure que c’est pénible’’.

Pour cause, une vingtaine de Kiosques-bornes-fontaines réhabilités par l’ONG Oxfam à travers le PRESU (Programme de Réhabilitation Economique et Social en milieu Urbain), ont été vandalisés pendant la crise et créant ainsi ce vide. Aujourd’hui les personnes déplacées qui retournent, manquent d’eau non seulement pour leur besoins quotidiens mais également pour moudre la terre et reconstruire leurs maisons. Vers les quartiers peu touchés par la crise, les installations de la Société des Eaux de Centrafrique (SODECA) sont trafiquées et accueillent à longueur de journée, ces chercheurs d’eau.

« Je suis en train de reconstruire ma maison mais il me faut de l’eau. Je vais jusqu’à Boulata pour trouver de l’eau, grâce aux installations de la SODECA trafiquées par les habitants du quartier ». Même s’il reconnait que cette pratique n’est pas autorisée, Bienvenu Wessegonda, chef d’un ménage de huit personnes affirme que c’est l’unique possibilité d’avoir de l’eau.

La cohésion sociale autour de l’eau

Après les derniers événements qui ont occasionné l’assassinat d’un Pasteur et l’incendie de plusieurs habitations, de nombreuses familles ont encore regagnés les camps des déplacés de l’Aéroport Bangui Mpoko, craignant ainsi pour leur insécurité. Mais dans les quartiers, « il faut absolument surmonter la crise et remettre les choses en place ». C’est ce que veut un groupe d’autodéfense qui a vu le jour afin de barrer la route à d’éventuels débordements, explique Bienvenu Feibonazouï. Composé des jeunes valides du quartier Boulata, ce groupe d’autodéfenses a pour particularité de protéger les installations de la Sodeca et de sensibiliser la population à tourner la page de crise.

Alors que Lucie faisait part de sa peur d’aller dans certaines zones ou chez des particuliers pour chercher l’eau, Bienvenu F, de la rassurer :

 « Non, ce sont nos frères. Il faut que nous tournions la page et que nous demandions seulement au gouvernement et aux ONGs d’amener de l’eau et de l’électricité dans notre quartier ».

Bien que l’on note une baisse de 2,3% du nombre des déplacés dans tout le pays, de nouveaux déplacés sont enregistrés de jour en jour, en raison des affrontements réguliers entre les groupes armés. Ces déplacements massifs éloignent la population de plus en plus d’un accès à l’eau potable et à une bonne condition d’hygiène.

Femmes de cattins allant chercher de l’eau

The following two tabs change content below.
nid2tic
Prince Eric Ngaibino, dit Penzy, est un amoureux de l’art et de la culture en général, journaliste de formation, ses principales œuvres sont ‘’l’or noir d’akwa’’ , l’illustration de la nouvelle ‘’la Nouvelle’’ publiée par l’association CELCIA et l’exposition des dix mots de la francophonie à l’Alliance française de Bangui en Mars 2010. On ajoute à ses créations, quelques dessins de presse dans un quotidien de la place (Le confident). Aujourd’hui il allie son talent de dessinateur aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, à travers des créations faites à la main et retouchées via des logiciels informatiques de créations visuelles dont lui-même à le secret. Entre bande dessinée, conception de logo, réalisation de toile via ordinateur création de modèles de mode, son plus grand rêve est exposé ses créations au musé du Louvre. L'écriture, s'ajoute à ses goûts artistiques et il tient aujourd'hui, le blog nid2tic pour parler de son univers et des Ntics qui le fascinent tant. « Je suis le Da Vinci des temps moderne », dit-il car pour lui, aucune créations artistique ou intellectuelle n'a de secret pour lui que quand il ne s'y intéresse pas.

Commentaire (1)

  1. Pingback: #BrisonsLaPeur pour un réel changement en Centrafrique - Actus à l'Africaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *